Justice et Université du Duché d'Anjou


 
planAccueilArméeCFAcommerceConseil d'AnjouDiplomatieFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexionMembres

Partagez | 
 

 La chapelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aulrine

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: La chapelle   Sam 24 Juin 2006 - 21:06

Aulrine entra dans la chapelle, désireux de se recueillir, et de prier Dieu.

Il n'y avait personne dans la salle. Aulrine s'installa sur un banc au milieu de celle-ci, s'agenouilla, et commença à méditer.

Il remercia Dieu de l'avoir permis de parvenir à entrer au Conseil ducal, afin de servir les Angevins, lui qui avait mis tant d'efforts pour y réussir.

Il demanda aussi à Dieu, les ressources, la force et l'inspiration nécessaires, pour pouvoir s'acquitter de son rôle de son mieux.

Il ne fallait pas décevoir les Angevins et tirer le Duché de l'endettement.
Ce n'étaient pas des tâches faciles.

Que Dieu fasse que l'Anjou retrouve la voie de la prospérité, grâce à des femmes et des hommes de confiance à sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lesudsarthois

avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : la Flèche
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: La chapelle   Mer 15 Nov 2006 - 14:36

lesudsarhtois voulut après avoir rempli son vnetre aller prier dans cette chapelle ou le duc lui même venait prier tous les jours!


Aide moi et protège moi dans ta miséricorde et veille à ce que je serve au mieux mon duché que l'aime plus que tout!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Childebert



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: La chapelle   Dim 11 Mar 2007 - 12:35

Après avoir lu la constitution Angevine, qu'il trouva fort intéressant, Monseigneur Childebert, vint faire une prière en la Chapelle du château.
Citation :
Puis se rappelant que nous étions dimanche, il se dit que même s'il n'y a personne une petite messe serait la bienvenu...

Bonjour à tous mes frères angevins, et oui je viens du Poitou mais nous sommes tous frère et je suis fière de pouvoir le dire.
Je vais aujourd’hui vous soumettre un extrait du Livre des Vertus, livre saint parmi les livres. L’extrait d’aujourd’hui fait partir de la vita de Christos.


Citation :
Samoht s’approcha de Christos et lui dit.
" Maître, tes paroles sont si justes, enseigne nous le message d’Aristote ! "
Alors, Christos, touché par son innocence juvénile, nous répondit :

" Abandonnez vos biens, vos métiers, vos outils, et suivez moi, je vous ferais bâtir le plus bel instrument de paix. Sachez le, je vous enseignerais la sagesse d’Aristote et le message de Dieu. "

Voyez ce que Christos dit aux disciples.

Citation :
« Abandonnez vos biens, vos métiers vos outils et suivez-moi je vous ferai bâtir le plus bel instrument de Paix. »


L’instrument de paix dont parle Christos est vaste, est-ce une machine à procurer du bonheur ? Non, bien sûr que non.
Est-ce une parole magique qui une fois prononcée nous donne le bonheur absolu ? Non plus.
C’est à la fois bien plus compliqué et bien plus simple que ça.
C’est l’Eglise.
L’Eglise, représentante du Très-Haut sur cette Terre, l’Eglise, qui, au commencement est censée enseigner au monde la sagesse d’Aristote et le message de Dieu, l’Eglise, dispensatrice d’amour et de bienfaits, l’Eglise qui montre Dieu et libère.
Christos fit des ses apôtres des clercs et leur donna le pouvoir d’administrer les sacrements et fonda en cela l’Eglise.
C’est immensément important ce que je dis là !
Il ne s’agit pas de dire, toi t’as une bonne tête je te pardonne tes pêchés,
Ou toi, t’as envie de voir à quoi sa ressemble la religion vient je te baptise tu pourras visiter.
C’est bien plus que ça ! Dieu vous accueille comme ses enfants par le baptême, il vous lave de vos pêchés et fait de vous ses enfants. Vous rendez vous compte de l’amour qu’il vous porte ? Il vous ouvre droit les portes du paradis si vous tentez toujours d’approcher la vertu divine en donnant autour de vous, du temps, de l’argent, du pain et du boursin…en aimant vos frères, en créant une famille…en enseignant la bonne parole. Bien sûr, il est parfois difficile de vivre pleinement la vertu, ceci nous est d’ailleurs impossible, mais ce n’est pas grave Dieu vous aime… il vous pardonne !
Christos dit " Abandonnez vos biens, vos métiers, vos outils, et suivez moi », il vous dit d’abandonner le pêché pour le suivre, il vous offre sa voie, sa voie qui n’est qu’amour et bonheur.
Dieu est le bonheur en plénitude, abandonnez vos bonheurs futiles car ceux-ci passeront, allez vers Dieu, lui ne passera pas !

Si vous l’acceptez, il se donne à vous et marche à vos côtés, si vous tombez, mes frères Il vous relèvera, car Il vous aime. Alors en ses temps troublés, n'ayez pas peur Aristote est à vos côtés.

N'oubliez pas que la plus belle des choses est d'aider son prochain.

Bon dimanche à vous tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zalina

avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Poitou
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: La chapelle   Lun 12 Mar 2007 - 23:13

En attendant d'obtenir les clés de son bureau, Zalina vint se recueillir en la Chapelle. Elle salua Monseigneur Childebert au passage et alla s'accroupir dans un coin et pria pour que la paix revienne au plus vite en Anjou et ne fasse peu, même pas du tout, de mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
friend67



Nombre de messages : 25
Localisation : Craon
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: La chapelle   Lun 12 Mar 2007 - 23:45

Citation :
friend67 arriva à la chapelle
Bonjour dame zalina,
C'est une grande prière que vous faites, depuis le temps qu'il y en avait plus d'e cette chapelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zalina

avatar

Nombre de messages : 39
Localisation : Poitou
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: La chapelle   Mar 13 Mar 2007 - 23:37

Zalina sursaute en entendant une voix à coté d'elle.

Bonsoir Messire,
Une grande, il est vrai, mais encore bien trop petite, j'en ai peur. C'est cependant la seule chose que je puisse faire... Du moins tant que je n’ai pas les clés de l’Ambassade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franncessco

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: oui prie   Sam 11 Avr 2009 - 11:36

arriva se metta a genoux, baissa la tete et pria:
merci pour la vie le journée que tu m'a donné, merci pour la force l'intelligence ke tu ma donné, fait que je deviennent un grand soldat, aide les pauvre. Et benit l' Italie du tremblement de terre
Amen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gigfy

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 15/04/2009

MessageSujet: Re: La chapelle   Ven 17 Avr 2009 - 20:33

L'agitation de son arrivée avec prise de contact, déménagement, ... étiat quelque peu retombée. Certes il y avait encore beaucoup à faire mais le nouvel ambassadeur d'Alençon savait qu'il ne fallait pas brusquer les choses en diplomatie. Il s'offrit donc une visite des bâtiments du château d'Angers, et finit par tomber sur la chapelle. Il y pénétra après un instant d'hésitation et resta debout, dans un coin sombre et éloigné du choeur tel un publicain. Osant à peine lever les yeux il murmura quelques suppliques et une action de grâce que seule entendit la tête de chérubin qui ornait le chapiteau de la colonne basse près de laquelle il se tenait.
Faisant confiance au messager de Dieu pour porter sa prière auprès du Très-Haut, Gigfy sortit après une génuflexion et retourna à son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hymmenete

avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : La Flèche
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Re: La chapelle   Mer 18 Aoû 2010 - 19:45

Hymmenete était un peu tendu. Lui, diacre par intermittence, qui avait passé les derniers mois hors des contingences politiques de ces terres, se contentant de cultiver paisiblement ses champs, avait ouvert les yeux sur une situation des plus terribles. Encore une fois, il n'avait pas su s'en empêcher, et était allé répandre son opinion dans tout le duché. Et cette fois, il se retrouvait au château, non dans un bureau comme il l'avait pratiqué, mais dans la chapelle, pour officier une prière pour la paix.

La paix.

Il s'était vêtu modestement ces jours. Une simple robe noire et des sandales. Il espérait que chacun viendrait ainsi, au moins la tête découverte et les mains libres, sans arme ni artifice, afin de se donner au plus librement au Très-Haut. Il ajusta le lutrin à sa hauteur, et parcourut le Livre des Vertus en prévision de sa prochaine lecture.

La paix.

Il accueillit chaque personne qui entra d'un sourire et d'un signe de tête. Lorsque chacun se fut installé selon sa convenance, il déclara d'une voix posée :


" Mes amis, mes frères, mes sœurs. Nous sommes ici ce soir pour prier pour la paix. C'est pourquoi je vais tous vous inviter à faire le vide dans vos esprits, afin de trouver le calme qui y sied. Ne pensez plus au monde extérieur, aux fâcheux, aux tracas, laissez seul l'Amour du Seigneur pénétrer votre cœur.. "

Puis le diacre garda le silence, pour un moment qui sembla long, mais qui lui semblait nécessaire à l'apaisement des âmes.


Dernière édition par Hymmenete le Jeu 19 Aoû 2010 - 5:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kilia

avatar

Nombre de messages : 271
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re: La chapelle   Jeu 19 Aoû 2010 - 0:44

Une dernière prière avant de regarder si les armées allaient entrer ou pas.
Une dernière prière afin d'y croire encore.
Une dernière prière pour confier son âme au Très-Haut.
Kilia entra sans un bruit et commença à se recueillir après les paroles de Hymmenete, qu'elle venait de rencontrer et qui lui semblait homme bon et droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joffrey

avatar

Nombre de messages : 513
Localisation : Craon
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: La chapelle   Jeu 19 Aoû 2010 - 0:56

Jo avait suivi de peu Kilia. C'est en toute discrétion qu'elle prit place dans la petite chapelle.

Fermant les yeux , chassant de son esprit toutes pensées troublent , elle se laissa envahir par la sérénité du lieu.
Puis dans un murmure , elle récita une prière , non pour elle mais pour ses enfants , et le peuple d'Anjou.
Elle confia son âme au Très Haut et essaya de toutes ses forces de Lui envoyer tout l'espoir et l'amour que son coeur contenait afin que cette nuit soit douce et étoilée sans cris et bruits de fer qui s'entrechoquent.

_________________


L'amour de la liberté est inné en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hymmenete

avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : La Flèche
Date d'inscription : 02/12/2009

MessageSujet: Re: La chapelle   Jeu 19 Aoû 2010 - 6:34

Les deux femmes qu'il avait rencontrées à la cathédrale s'étaient installées dans la chapelle, et se recueillaient en silence, quand le diacre reprit la parole :

" Nous sommes ici pour prier le Seigneur de ramener la paix, l'amitié, la concorde entre les hommes, afin d'éviter que cette nuit ne coule le sang. Le Livre des Vertus nous rappelle que des hommes existèrent qui furent exemplaires pour établir l'entente entre les hommes ; parmi eux, Saint Gabriel, Archange de l'Amitié savait plus que quiconque faire régner autour de lui la compassion et le partage. Aussi vais-je vous lire un extrait de son hagiographie : "

Citation :
La foudre s’abattit tout près de là. Terrorisés, les enfants se blottirent encore plus dans les bras de leurs mères. Celles-ci pleuraient, implorant pitié au Très Haut. Les hommes s’invectivaient, s’attribuant l’un à l’autre la responsabilité des événements. Cela faisait six jours que les éléments se déchaînaient sur la ville d’Oanylone, avec la rage des premiers temps du monde. Un ciel noir d’encre, lourd de menaces, pesait de tout son poids sur la ville maudite. Parmi le petit groupe qui s’était réfugié dans la réserve de blé, depuis longtemps vidée, la peur côtoyait la colère, la fureur et le désespoir. On pouvait voir un homme qui avait cessé de rire de Dieu lorsque Celui-ci avait annoncé la destruction de la ville. Et cette femme ressassait sans cesse, avec honte, ses orgies luxurieuses avec tant d’hommes et de femmes qu’elle n’était pas arrivée à les compter. Ou encore ce jeune homme, qui avait prit le plaisir immonde de fracasser le crâne de son petit frère, et qui, maintenant, tentait de se racheter en rassurant les enfants rassemblés dans la minuscule pièce. Tous savaient pourquoi ils étaient punis, mais aucun n’osait l’avouer, certains cherchant même à en rejeter la faute sur les autres, dans l’espoir vain de faire oublier ses propres péchés.

Une bourrasque terrible vînt enfoncer la porte, emplissant le frêle bâtiment d’un vent glacial. Ses fondations tremblèrent lorsque le tonnerre répondit à l’éclair, d’une puissance assourdissante. Et le silence se fit. Certes, la tornade rugissait et le tonnerre grondait, mais cela faisait déjà six jours que les habitants d’Oanylone ne connaissait plus que ça. Non, le silence n’était pas celui de la nature, mais bel et bien celui des humains. Car les réfugiés s’étaient tus, paralysés par la terreur, en voyant l’ombre qui se découpait dans l’encablure de la porte. Un homme, si grand et si massif qu’il devait se courber et resserrer les épaules pour entrer, s’approcha d’eux. La pénombre laissait deviner son visage rugueux et sa barbe drue. Sa volumineuse chevelure argentée lui donnait un air de sagesse, contrastant avec la largeur de ses mains, qui semblaient être capable de réduire en poussière même la plus dure des pierres. Son regard bleu pâle, usé par le temps, semblait tout de même garder au fond de lui une joie enfantine. Le colosse était habillé d’une chemise rapiécée et usée par les affres du temps. Un grand morceau de toile, enroulé autour de ses jambes, témoignait de sa condition de défavorisé. Il laissa apparaître un léger sourire et tous les réfugiés soupirèrent de soulagement. Puis il laissa entendre sa voix caverneuse:

“Quand il n’y a plus d’espoir, il reste toujours l’amitié.”
Alors, une vielle femme, au regard dur, à la volonté de fer, s’avança vers lui et lui demanda:
“Et toi, l’étranger, es-tu venu en ami? Car il est en cette cité des hommes et des femmes dont la parole est de miel mais dont les actes sont comme le venin. Ils vivent sur des montagnes d’or, et ne désirent rien d’autres que de s’élever encore plus dans leur fol quête de butins. La vie de leurs semblables leur importe peu, tant leur soif de trésors les dévore.”
“Je sais”, répondit l’homme. “C’est pour cela que je viens à vous. La richesse du coeur ne peut être égalée par les richesses de ce bas-monde. Emporteront-ils leurs montagnes d’or dans l’autre vie?”
“Non, certes pas”, lui répondit la vielle dame. “Mais les richesses du monde nous sont-elles à jamais interdites? Devons-nous nous réduire à vivre tels des animaux pour honorer la richesse de l’âme?”
“La vie vous a-t-elle appris à renier votre main gauche pour employer la droite?”, demanda l’homme. “Il en est de même pour les trésors que Dieu a créés pour nous. Que les richesses matérielles soient vôtres, car Dieu, par amour pour Ses enfants, nous en a fait don. Mais n’oublions jamais qu’il n’est pas de plus beau trésor que l’amitié.”

Alors, un jeune homme se dressa et lui demanda: “Mais qui es-tu, toi dont les paroles sont emplies de sagesse?”
“Mon nom est Georges”, répondit-il.

" Aujourd'hui, rappelons-nous le message de ce Saint Homme, accueilli par le Très-Haut parmi Ses archanges. L'amitié doit prendre le pas sur l'envie et le désespoir, l'amitié est la seule façon de résoudre les conflits ! La violence n'a jamais rien résolu, elle n'a fait que retarder les problèmes ; la jalousie, la revanche et la peur n'ont jamais enrichi l'âme des hommes, ou nourri l'amour de Dieu.

Adressons maintenant au Seigneur, à Aristote son prophète, à Christos son messie, et à tous ses saints une prière de paix :

Ô Seigneur !
Couvre de ta bienveillante protection nos frères et nos soeurs
Aide les à retrouver le bonheur d'éprouver Ton Amour,
Retiens leurs bras et apaise leurs âmes guerrières.

Puissent les hommes retrouver le goût de la paix
Pour partager dans la liesse et l'amitié
Tous les trésors dont Ta bonté a couvert la Terre.

Nous te rendons grâce pour tous les jours que tu as faits,
Et souhaitons que celui-ci se lève encore pour tous les hommes qui t'aiment.

Amen "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chapelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chapelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Venez prier dans cette réelle chapelle du monde électronique
» 1985: Le 31/08 vers 00h00 - Observation à Henri-Chapelle - (Belgique)
» découverte d'une chapelle du Moyen Age à Paule (22)
» Chapelle Saint Michel de Brasparts
» sacrilège dans une chapelle en espagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Justice et Université du Duché d'Anjou :: Au fond du Jardin :: La chapelle-
Sauter vers: